Réforme du bac et classe prépa : une nouvelle opportunité pour plus de diversité

Avec la fin des filières générales S, ES et L, remplacées par un tronc commun et trois spécialités en Première puis deux spécialités en Terminale, la réforme du bac vise à donner davantage de choix aux lycéens dans leur orientation. Avec de multiples combinaisons possibles, cette nouvelle liberté renforcera également la diversité dans les rangs des classes préparatoires et des Grandes Ecoles. Une évolution positive selon NEOMA.

« Comment, en préparant le bac, l’élève va préparer ce qui suit le bac ? » interroge Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, présent à NEOMA le 8 juin 2019 pour rencontrer 300 professeurs de l’APHEC, l’association des professeurs des classes préparatoires et commerciales.
L’objectif est clair : inscrire la réforme dans une logique de progrès, avec la réussite dans l’enseignement supérieur en ligne de mire. Une analyse partagée par Delphine Manceau, Directrice générale de NEOMA Business School et Vice-présidente de la commission Amont à la Conférence des Grandes Ecoles (instance de réflexion sur les différentes modalités de recrutement des grandes écoles) : « L'enjeu est de parvenir à capitaliser sur les connaissances acquises dans des matières différentes au lycée, dans un esprit de continuum en Prépa puis en Ecole, renforçant ainsi le recrutement de candidats aux profils variés ».

Une réforme du bac qui ouvre à des profils hybrides

Car au-delà de la construction progressive du parcours, la diversité des profils semble être le principal bénéfice de cette réforme du bac. La disparition des silos entre les voies scientifiques, économiques et littéraires ouvre le champ des possibles. Cette évolution correspond à l’approche pédagogique transdisciplinaire au sein de NEOMA mais aussi aux attentes des entreprises, en forte demande de compétences hybrides.

reforme bac2
« A l'heure de l'intelligence artificielle et de la forte évolution des métiers de demain, la culture générale, les mathématiques, la géopolitique, l’économie, les langues vivantes ou encore les sciences humaines constituent des fondements intellectuels essentiels » indique Delphine Manceau. « Ces disciplines permettent de renforcer la capacité de compréhension du monde et d'adaptation des futurs dirigeants d'entreprises que nous formons ».

"Une superbe opportunité d'enrichir les promotions"

NEOMA a ainsi l’habitude d’accueillir des étudiants aux profils très divers, comme ceux qui viennent de prépas littéraires et qui suivent d’ailleurs de très belles trajectoires professionnelles. Au sein du Programme Grande Ecole, la diversité des parcours n’est pas une complication mais plutôt une superbe opportunité d’enrichir les promotions. « Avant, il fallait choisir : histoire-géo et géopolitique en filière ECS ou économie en ECE. Demain, nous aurons des candidats à la fois excellents en maths et en économie. D'autres pourront enfin combiner histoire-géopolitique et maths appliquées. Des profils extrêmement intéressants pour une Business School comme la nôtre ! » précise Delphine Manceau.


Retour à la page précédente