Humanités et Management, quand NEOMA BS co-construit ses enseignements / Interview de Christophe Giolito, Professeur de classe préparatoire au Lycée Saint-Cyr

NEOMA BS propose depuis la rentrée 2018 aux étudiants de son programme Grande École, un dispositif complet portant sur les Humanités. Un des modules phare de ce dispositif est le cours « Humanités et Management ». Composé de 5 séances dans un format original, ce cours a permis aux étudiants de se pencher sur les multiples facettes de la notion de travail. Les séances ont été élaborées en partenariat avec des professeurs de classe préparatoire.
L'un d'eux, Christophe Giolito, Professeur de philosophie en classe préparatoire au lycée de Saint-Cyr, a co-conçu la dernière séance de cycle portant sur le sens au travail. Il revient sur son expérience et partage son point de vue.

NEOMA BS : Comment le cours s’est-il co-construit avec les professeurs de NEOMA BS ? Quelle complémentarité existe selon vous et comment s’est-elle exprimée ?

Portrait Christophe GIOLITOChristophe Giolito : En phase d’élaboration du cours, nous avons beaucoup échangé avec les concepteurs des autres séances dans l’objectif de proposer aux étudiants un module homogène et de se référer à une norme commune co-construite.

Une complémentarité réelle a émergé entre les professeurs de Classes Préparatoires et les professeurs de NEOMA BS. En classe préparatoire, la compétition est un levier positif pour faire progresser les étudiants. Au sein des Grandes Ecoles, d’autres situations de travail sont privilégiées, à l’image de la coopération et de la collaboration lors de travaux de groupe par exemple.

De plus, les professeurs de NEOMA BS apportent davantage d’outils aux étudiants pour construire leur parcours et innover. A la différence des professeurs de Classes Préparatoires qui doivent s’inscrire dans des modèles pédagogiques normatifs dans la perspective des concours. Cette co-construction est une initiative originale à valoriser et à développer. Ce travail nous a permis d’oublier nos différences institutionnelles.

NEOMA BS : Quelle est l'importance pour vous des Humanités et plus largement des sciences humaines en École de Commerce aujourd'hui ?

Christophe Giolito : Il me semble important que les étudiants comprennent le monde et leurs métiers, notamment ceux auxquels ouvrent les Écoles de Commerce.
En classe préparatoire, nous demandons beaucoup aux étudiants et ils ont peu de latitude pour se définir eux-mêmes. Les Sciences Humaines permettent clairement de donner du sens et fournissent aux étudiants des outils dans leur définition du “moi” et de leurs propres parcours.
La sociologie des organisations peut par exemple être mobilisée pour mieux comprendre les collectifs dans lesquels ils vont s’insérer : entreprise, organisation publique, association, ….

La philosophie peut se révéler d’une aide précieuse si on souhaite mettre en regard sa carrière et le sens de sa vie. Nous avons tous besoin d’éléments qui permettent d’établir des comparaisons, surtout quand on est appelé à occuper des postes de management. La philosophie donne la possibilité non pas de juger ni d’avoir des prescriptions, mais de savoir mener un raisonnement ouvert, propre à multiplier ses objets. L’économie, quant-à-elle, prend désormais mieux en compte la question du développement durable et celle de la Responsabilité Sociale des Entreprises.
Retour à la page précédente