Le leadership au féminin : Et si tout se jouait sur les bancs de l’֤École ?

A l’occasion de la journée des Droits des femmes, il est primordial de se pencher sur la situation des femmes dans le monde du travail. Entre discrimination et inclusion, les stéréotypes ont la vie dure. Les Écoles comme NEOMA Business School ont, en ce sens, un rôle majeur de sensibilisation auprès des leaders de demain.

Birgit SCHYNS est professeure sur le Campus de Reims de NEOMA Business School. Dans le cadre de ses cours sur le Leadership qu’elle enseigne auprès de nombreux étudiants, un exercice la fascine toujours autant, même après de nombreuses années : l’exercice du dessin. « A travers cet atelier graphique, je m’intéresse au concept de leader dans l’esprit des étudiants. L’exercice est simple. Je leur demande d’abord de réfléchir au concept de leader dans la société actuelle. Puis, dans un deuxième temps, et par groupe, je leur demande de dessiner ce même concept. Dans la grande majorité des cas, leurs dessins font référence à un homme, peu importe l’âge ou l’origine. C’est pour moi une matière tangible et intéressante pour débattre du concept de leader. Mon but : lutter contre les stéréotypes inculqués dans l’esprit de nos étudiants et futurs managers. »

« La diversité des origines crée la multiplicité des concepts de leader au féminin »

Bien que l’accès des femmes aux plus hauts niveaux de la hiérarchie semble gagner du terrain depuis quelques années, il est intéressant de constater que dans un certain imaginaire collectif, le leader reste toujours autant associé à la figure masculine. « C’est ce qu’on appelle le concept de plafond de verre », précise Hédia ZANNAD, professeure associée au sein de l’Ecole. « J’ai réussi à démontrer cette thèse au termes de nombreux entretiens menés auprès de femmes journalistes du Groupe France Télévisions. C’est un concept qu’on retrouve dans beaucoup de sociétés et qui porte de très nombreux stéréotypes sur le profil même du leader. Une construction sociale qui ferait qu’une femme ne peut réussir que si elle exacerbe certains traits associés à une soit disant figure masculine. Pour réussir, il faudrait que les femmes agissent comme des hommes. C’est ainsi que certaines femmes se construisent, dans l’entreprise, à partir de certains stéréotypes véhiculés de génération en génération. » Pour dépasser ce concept, Hédia ZANNAD multiplie les échanges avec les étudiants. « Dans le cadre de mes cours, j’aime susciter le dialogue sur cette thématique. Cela créé souvent de vifs échanges du fait de l’aspect culturel de cette question. La diversité des origines crée la multiplicité des concepts de leader au féminin. Un étudiant du nord de l’Europe ne réagira pas de la manière qu’un étudiant latin, indien ou nord-africain. »

Pour éveiller les esprits et lutter contre les stéréotypes, NEOMA Business School multiplie les rendez-vous. Qu’ils soient portés par les professeurs dans le cadre de leur pédagogie ou par les étudiants eux-mêmes, à travers l’association HeforShe par exemple, la prise de conscience est globale. « C’est à mon sens, un signe fort pour la société de demain » ajoute en conclusion Hédia ZANNAD.

POUR ALLER PLUS LOIN :
Plus d'informations sur les sujets de recherches de recherche de Birgit SCHYNS > Cliquez-ici
Plus d'informations sur les sujets de recherche de Hedia ZANNAD > Cliquez-ici