Corée : un désir partagé de réunification ?

Quelques jours avant la rencontre historique du 27 avril entre les dirigeants des deux Corées, Edgar Bellow, professeur de Management international et de Géopolitique à NEOMA BS nous livrait son éclairage sur la volonté de réunification manifestée par les deux Corées.

« Après deux années de montée des tensions liées aux programmes nucléaire et balistique nord-coréens, la péninsule est depuis le début de l'année le théâtre d'une remarquable détente, que doit illustrer la tenue le 27 avril 2018 d'un sommet exceptionnel entre M. Kim Jong-Un et le président sud-coréen Moon Jae-in.
Comment comprendre et analyser le revirement du dirigeant de la Corée du Nord appelant à un dialogue avec les Etats Unis pour une dénucléarisation de la Péninsule ? Rappelons-nous que dès son accession aux commandes du pays après la mort de son père, Kim Jong-Un a procédé à plusieurs tests de missiles et essais nucléaires. En échangeant des noms d’oiseaux avec le Président américain, Kim Jong-Un créait un grand stress auprès de la population sud-coréenne et de ses grands voisins, la Chine et le Japon, ainsi qu’à leurs dirigeants. Une nouvelle guerre comme celle du 25 juin 1950 détruirait toute la Péninsule et affecterait la Chine, le Japon et une partie de la Russie car les armes qui entreraient en service seraient des armes de destruction massive et des armes nucléaires.

En conséquence de la démonstration de force de Kim Jong Un, la Corée du Nord a vu les sanctions économiques votés par les Nations Unies à son encontre s’accroitre. La dernière fut la fermeture et l’arrêt du complexe de Kaesong qui générait chaque année des millions de dollars : une manne financière que le régime nord-coréen utilisait pour financer sa production de missiles et leurs tests.

S’asseoir à la table des négociations avec les Etats-Unis pour organiser la fin du conflit coréen était le vœu le plus cher du père fondateur de la Corée du Nord, Kim Il Sung. Depuis la fin de la guerre de Corée jusqu’à ce jour il n’y a eu ni signature d’armistice ni de paix entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, cette dernière considère toujours qu’elle représente tout le peuple coréen. Par conséquent les Etats Unis ne sont qu’un occupant du territoire du sud.

Parallèlement au développement et à la construction de sa défense en vue d’une éventuelle guerre pour libérer le territoire sud de la Péninsule, le père fondateur de la Corée du Nord, Kim Il Sung a aussi construit une puissante idéologie pour contrôler et maintenir le peuple coréen du nord en esclavage tout en l’affamant. Il s’agit de l’idéologie du Juché. La doctrine du Juché reprend les idées du communisme, qui prône une société sans classes et repose également sur le principe d'indépendance politique, d'autosuffisance économique et d'autonomie militaire.

L’idéologie Juché a pour objectif la réunification avec la Corée du Sud. Selon le discours officiel de la Corée du Nord, « la promesse idéologique et théorique des idées du Juché réside dans l’idéologie et l'aspiration marxistes-léninistes ».
La doctrine du Juché constitue cependant « une nouvelle idéologie révolutionnaire originale », Kim Il-sung a perçu les limites historiques du marxisme-léninisme, « découvre les nouveaux principes de la révolution » et « forme le noyau des idées du Juché, idées révolutionnaires de la souveraineté ».

En 1980, le Parti du travail de Corée a révisé sa charte pour remplacer les concepts de Marx et Lénine par ceux de Kim Il-sung. Je dirai qu’il s’agit d’une tentative prométhéenne. Désormais Kim Il- Sung devient le père de la Nation et une nouvelle culture, nouvelle éducation, nouvelle motivation et nouvelle souveraineté vont être construites. C’est la mise en place de la Dynastie Kim qui aujourd’hui se traduit par l’existence des trois générations différentes au Nord comme au Sud.
Dans la compréhension de la Géopolitique de la Corée, le monde doit tenir compte dans un premier temps de l’impact de l’idéologie du Juché ensuite de l’émergence des trois générations qui cohabitent et leurs intérêts dans le processus de la réunification de la Péninsule.

Le Président Moon Jae-In de la Corée du Sud, de la deuxième génération, rencontrera le Président Kim Jong-Un de la Corée du Nord de la troisième génération qui incarne parfaitement l’idéologie de son grand père Kim Il Sung. Le 27 avril, si les deux présidents ne parlent pas de la réunification pacifique, il n’y aura pas de dénucléarisation de la Péninsule. La raison d’être de la Corée du Nord et de l’idéologie du Juché est la réunification de la Corée car Il n’y a qu’une seule Corée. Après une occupation brutale du Japon de 1905 à 1945, le marxisme-léninisme a divisé la Péninsule coréenne en deux, symbolisée aujourd’hui par le 38è parallèle à Palmunjung, la zone démilitarisée.

Les fondements de la géopolitique de la Corée résident dans l’idéologie du Juché de Kim Il Sung appliquée à la lettre par Kim Jong Un, et dans le fonctionnement intergénérationnel du désir de réunification des deux Corées.

Après la rencontre intercoréenne on assistera au sommet entre Donald Trump et Kim Jung-Un. Le Japon et la Russie ont également manifesté le souhait de rencontrer l’homme des missiles de la Corée du Nord. Une Corée non réunifiée, comme ce fut le cas pour l’Allemagne de l’Ouest et de l’Est en 1990 restera une Péninsule de la Peur où la présence américaine inquiètera toujours la Corée du Nord et la Chine, dans une géopolitique globale où les essais nucléaires et les missiles balistiques continueront à menacer le Monde. »

bellow mai18 generations corees

Retour